Etablissements scolaires

Etablissements scolaires

"En Pontet", Echichens

HISTORIQUE

Fusion de communes et renouveau Harmos. Au printemps 2006, le projet de fusion des quatre municipalités Colombier, Echichens, Monnaz et St Saphorin-sur-Morges, a motivé la création d’un groupe de travail pour remplacer trois classes vétustes de Colombier et a engendré l’idée d’une nouvelle construction scolaire à laquelle étaient associés le CVER, Centre de Vie Enfantine Régional “L’arche de Noé”, réservé aux enfants de 3 mois à 4 ans, et rattaché à l’UAPE, Unité d’Accueil Pour Ecoliers, pour les enfants scolarisés âgés de 4 à 12 ans. Jusqu’à présent, les classes dispersées sur des sites scolaires répartis sur trois communes, rendaient l’organisation, l’accueil et les transports des élèves peu efficients et très coûteux. De plus, les réformes liées à Harmos nécessitaient plusieurs adaptations des locaux. En 2011, la nouvelle municipalité commençaient à rencontrer les mandataires du projet. Après avoir étudié plusieurs solutions d’implantation, le choix s’est porté sur le site de la parcelle communale N° 1146, En Pontet, à Colombier, proposant les meilleurs accès et se trouvant à proximité d’un bassin important d’enfants scolarisés.

Le centre de vie enfantine régional était, dès le début, partenaire de cette réalisation et bénéficiaire d’un droit à bâtir sur la parcelle communale.
Le lieu “En Pontet” situé en dehors du village de Colombier se caractérise par un terrain horizontal et la proximité du ruisseau et des terrains de football. Le projet est issu d’un concours d’entreprise totale réunissant dès le départ l’architecte M+B Zurbuchen-Henz et le constructeur Implenia. 

PROGRAMME / PROJET

Un lieu pour 90 enfants, petits et grands. Le programme de la Commune comporte une école primaire de 6 classes, qui est déjà conçue avec une possibilité de surélévation, une salle de sport, une scène, des locaux pour le club de football et un appartement de concierge. Ce centre scolaire offre un lieu d’apprentissage pour les enfants mais également des espaces pour la vie associative. L’arche de Noé abrite des enfants en préscolaire et parascolaire depuis l’âge du bébé de la nursery jusqu’aux écoliers de l’UAPE. Les deux institutions réunies profitent à la fois de synergies sociales, spatiales et techniques.

Même si le cahier des charges porte au départ sur la réalisation de deux constructions, il s’avère rapidement qu’un parti regroupant les différentes fonctions présente de nombreux d’avantages. La conception d’un bâtiment en ‘S’ subdivisé en trois ailes mais relié par le préau couvert n’offre pas seulement l’unité requise, mais génère notamment deux espaces extérieurs majeurs séparés, à savoir la cour de l’école et le jardin de la garderie.

Par une expression architecturale sobre, le centre scolaire cherche à s’intégrer dans le contexte rural. Le parti pris d’une façade en Eternit ondulé bicolore brun foncé et gris donne l’occasion de réduire l’échelle du bâtiment tout en offrant une qualité d’ornement. Vue de l’extérieur, la construction présente une apparence retenue et unitaire. A l’intérieur, les deux fonctions d’école et de garderie s’expriment par une spatialité sur mesure et une ambiance colorée distincte.

L’école se compose de deux ailes qui abritent les classes, les vestiaires et la cafétéria du club de football et le logement du concierge, d’une part, et la salle de sport avec scène, d’autre part. La matérialisation, volontairement neutre, est traitée en “White box” côté salle de gymnastique, par opposition à la “Black box” de la scène de théâtre. Les classes sont claires et lumineuses, les couloirs sont blancs et ponctués de quelques accents rouges sur les portes.

TECHNIQUE

Fondations profondes. Le terrain s’étant révélé inapte à recevoir des fondations classiques au vu de la descente de charge, les fondations de l’ouvrage ont été faites en profondeur. Les Bâtiments  reposent sur des pieux forés. Les murs en béton brut ont reçu une lasure légèrement grisée afin de conserver l’aspect brut du béton.

A l’intérieur le choix du revêtement de sol s’est porté sur le linoléum pour ses qualités d’hygiène, de confort et d’esthétique.
Dehors, la façade ventilée est réalisée avec des plaques de tôle type Eternit.

Un chauffage à distance alimenté aux pellets a été effectué. Une chaufferie unique, installée au sous-sol de la salle polyvalente, alimente l’ensemble du site.

Un système de rétention d’eau en toiture et un bassin permettent de récupérer l’eau avant le déversement des eaux claires  dans la rivière située à proximité des bâtiments.
Le projet est sobre, contemporain, avec de beaux espaces fluides et lumineux.