Logements

Logements

Résidence du Cèdre, La Tour-de-Peilz

HISTORIQUE / SITUATION

Autour d’un arbre remarquable. Trônant majestueusement sur le terrain, un cèdre centenaire constitue la pièce maîtresse du projet. Le ramage et les racines, de même envergure, devaient être protégés durant la construction de l’immeuble.

L’architecte a dû veiller en même temps à ce que l’espace et la lumière des appartements ne se trouvent pas gênés par le splendide végétal. La parcelle se situe à La Tour-de-Peilz, commune de bord de lac, nichée entre Vevey et Montreux sur la Riviera vaudoise.
Ses 11’000 habitants que l’on appelle les Boélands, bénéficient d’infrastructures performantes à tous les niveaux. De plus, la vue, depuis la Tour-de-Peilz, embrasse le Grammont, de l’autre côté du lac, les majestueuses Dents-du-Midi, plus au sud, mais aussi les Rochers-de-Naye et la Dent de Jaman, à proximité.

Un ensemble d’atouts qui expliquent que 12 des 14 logements ont été achetés dès la publication des plans.

PROJET / CONCEPT

Un standing de finitions. Les 14 lots présentent des espaces confortables et hospitaliers. Les 31/2 pièces comptent 66 à 82 m2 auxquels s’ajoutent des terrasses, dont la plus grande mesure 42 m2.

Les 41/2 pièces mesurent 110 à 142 m2. Salle de bain et salle d’eau privative, douche à l’italienne à parois vitrées, et dans la cuisine, plans de travail en granit: les finitions de qualité, avec des matériaux nobles, plaisent beaucoup. Des parquets bois qui s’invitent parfois aussi à la cuisine. Agrémentées de spots discrètement intégrés, les cuisines peuvent rester ouvertes ou se fermer grâce à un système de panneau coulissant le long d’un mur de séparation.
Au niveau de la typologie proposée dans le programme de l’architecte, peu de modifications ont été enregistrées.

Les baies vitrées filtrent le soleil grâce à des stores à lamelles électriques. La réflexion sur les volumes et la façade confère à la résidence une architecture sobre et élégante. Les espaces verts sont modestes mais incluent une place de jeux et toute la parcelle est entourée de jardins des habitations voisines.

Au parking souterrain s’ajoutent, à l’extérieur, 4 places “visiteurs” et un parking pour les deux roues. Malgré le volume imposant, l’effet de masse est évité par le choix d’un revêtement extérieur en alucobond® sur le dernier niveau, ainsi que par un retrait sur la façade.
De même, l’angle cassé sur lequel les lambrequins de stores descendent et se trouvent aussi recouverts d’aluminium participe à l’allègement de l’ensemble. Le soubassement a été marqué par un crépi teinté de gris qui rappelle la couleur du dernier niveau. Enfin, l’utilisation du verre pour les terrasses contribue à cette notion d’élancement, en plus d’ouvrir la vue sur le lac et le Grammont.