Bâtiments administratif et commerces

Bâtiments administratif et commerces

Biopôle IV, Lausanne

HISTORIQUE / PROGRAMME

Quatrième élément d’un complexe dédié aux sciences de la vie. Le parc Biopôle propose des locaux d’affectation mixte, laboratoires de recherche et bureaux, pour le développement sur mesure d’activités liées aux sciences de la vie.

Le site, implanté au nord de Lausanne, constitue un pôle pour les biotechnologies: dans ce périmètre professionnel de 80’000 m2 travaillent plus de 3’500 acteurs des sciences de la vie. Le plan directeur cantonal de Biopôle prévoit un aménagement en plateaux successifs sur tout son périmètre entre l’autoroute de contournement de Lausanne et le village d’Epalinges.

La parcelle qui nous intéresse est située à proximité du terminus du métro M2 et s’ouvre sur le panorama lémanique au sud. Le programme exige principalement que les trois bâtiments prévus puissent être construits en étapes (B4, B5, puis B6), et qu’ils soient dotés d’une très grande flexibilité afin de s’adapter aux besoins variés de futurs locataires encore inconnus.

D’autre part, le plan directeur impose une transparence entre la partie nord proche de l’arrivée du M2 et l’esplanade au sud, qui constitue la toiture d’un futur parking.

PROJET

Façades inspirées d’une oeuvre d’art. Sur ce terrain assez limité, les architectes proposent trois lignes brisées en forme de Z, afin de préserver des cours extérieures. La cassure des lignes crée l’articulation tendue de l’ensemble: elle provoque le chevauchement d’un petit et d’un grand volume et relie les trois édifices en un seul complexe, où se regroupent les circulations verticales.

Des passages couverts au rez-de-chaussée des trois édifices garantissent la transparence demandée entre le nord et le sud. Ces tracés en diagonale sont à la fois visuels et fonctionnels, puisqu’ils permettent de relier les cours créées par la disposition des volumes, la plus petite au nord, et la plus grande ouvrant sur l’esplanade au sud.

Les entrées sont disposées dans les passages, une de chaque côté, donnant la vue et l’accès aux cages d’escaliers des ailes nord et sud. Une ouverture zénithale fait pénétrer la lumière jusqu’aux étages inférieurs. Elle est magnifiée par les couleurs complémentaires des cages, violet d’un côté et jaune de l’autre pour le B4. Des couples de couleurs aussi vibrantes et lumineuses, à savoir l’orange et le bleu, ainsi que le rouge et le vert, sont la promesse des futurs B5 et B6. Une flexibilité maximale étant requise, le plan libre est retenu qui permet des locaux en open space, des bureaux ou des laboratoires contre les fenêtres, et une zone médiane réservée pour le couloir de desserte et les sanitaires. En cas de subdivision, les quatre façades doivent pouvoir accueillir une cloison intérieure qui s’appuie contre un meneau, leur composition est donc identique.

Les bâtiments se singularisent par leurs façades, constituées d’éléments porteurs en béton préfabriqués. Ces éléments en forme de L ont reçu une finition différenciée, sablée, lavée ou polie.Ces procédés aboutissent à des teintes plus ou moins foncées, et des surfaces plus ou moins lisses.

Cette alternance de différents tons de gris qui se répètent donne son identité au bâtiment. La conception de la façade est inspiree par l’oeuvre “Rythmique” (1930) de Paul Klee, dans laquelle s’alternent des éléments géométriques noirs, blancs et gris.

Ce rythme pictural exprime les principes de flexibilite et de répétition qui ont présidé à la conception des bâtiments.