Logements

Logements

Résidence Michelange, Luins

HISTORIQUE / SITUATION

Sur la route de Compostelle. Situé au cœur de la Côte, le village de Luins est entouré de vignes et s’ouvre sur le lac Léman. A mi-chemin entre Rolle et Nyon, le village bénéficie d’une situation idéale non loin de pôles urbains, mais préservé de toute nuisance. L’immeuble, à caractère villageois, propose six logements destinés à la vente en PPE sur les hauts du village, non loin de la chapelle, halte des pèlerins sur l’itinéraire menant à Saint-Jacques de Compostelle. L’habitation se trouve sur un terrain à forte déclivité à flanc de coteau sur une ancienne parcelle de vigne et bénéficie d’une vue dégagée sur les Alpes et le Lac Léman.
Il s’agit d’un des derniers terrains constructibles de Luins. Les autorités luinoises se montrent très sensibles à la maîtrise de l’extension, eu égard à la vocation originelle du village.

PROGRAMME

Un caractère villageois. L’intention du maître de l’ouvrage a été de construire un petit immeuble avec d’un côté son logement privé et de l’autre côté de proposer plusieurs appartements destinés à la vente en PPE. Le tout se retrouvant sous une même succession de toits et une entrée commune. Par contre, le parking souterrain est séparé, avec une entrée privative pour le propriétaire et une deuxième entrée pour les résidents de la PPE. Pour respecter le caractère villageois de Luins, les toitures ont été recouvertes de tuiles vaudoises plates comme pour le reste du village. Sur certaines parties des façades, un mur de parement en pierre naturelle rappelle les murs de vignes du paysage alentour. Certaines fenêtres sont équipées de volets de parements toujours dans un souci de maintenir le caractère villageois.

PROJET

Générosité à tous les niveaux. Un des principaux mots d’ordre dans ce projet a été la générosité à tous les niveaux. Cela commence par le parking souterrain dont les places de parc font 6 mètres de longueur par 3 mètres de large. Au niveau des parties communes, les espaces sont également conséquents. Grâce aux différences de hauteur, apportée par la déclivité de terrain, chaque appartement peut jouir de son propre palier de 20 m2 qui grâce à la présence d’une grande baie vitrée bénéficie d’un éclairage naturel.

Les appartements ont tous de grandes surfaces d’environ 250 à 300 m2 bénéficiant de larges baies vitrées pour un apport de lumière maximum. Les logements du rez inférieur et du rez supérieur possèdent de généreuses terrasses de 100 à 150 m2, tandis que les appartements du 1er étage et des combles jouissent de balcons. Chaque appartement est également doté de deux caves, dont une cave sèche et une cave à vin, et sa propre buanderie. L’aménagement intérieur a été réalisé au gré des propriétaires, pour la plupart sur les conseils d’un décorateur d’intérieur.

La construction bénéficie également de tous les avantages liés au label Minergie, mais sans être officiellement labellisée. Les panneaux solaires n’ont pas été nécessaires car le système de chauffage s’est arrêté sur une chaudière à pellets. Le bâtiment est équipé d’une sous-station avec deux groupes de chauffe muni d’un compteur de chaleur. Dans les appartements, le chauffage se fait à basse température par le sol. Les fenêtres possèdent un double vitrage et le traitement de l’air se fait individuellement par un système de ventilation à double flux.
La charpente est techniquement complexe. Il s’agit d’une charpente double avec des chevrons de parement en-dessous de la charpente porteuse, qui de ce fait, est cachée dans les caissons d’isolation. Cette manière de faire donne à la charpente un aspect visuel beaucoup plus léger.

Un des défis majeurs du projet était de maîtriser la forte déclivité du terrain présente sur trois fronts. Pour ne pas se retrouver avec un mur de 4 à 5 mètres de haut depuis la route jusqu’aux premiers appartements, l’architecte a imaginé des places de parc extérieures devant la façade, mais couvertes par des avant-toits dont les tuiles sont identiques à celles de l’habitation. Le choix d’utiliser deux matériaux différents pour les façades, de la pierre naturelle et du crépi, a également permis de casser la hauteur du front bâti.

La présence d’eau de source en profondeur a été repérée ce qui rendait les terrains glissants. Pour stabiliser ces éléments, une paroi ancrée de 8 mètres de haut a été réalisée afin de tenir le terrain.
Quant aux aménagements extérieurs, ils sont un doux mélange entre gazon, pierres et petits arbustes pour les terrasses. Le maître de l’ouvrage a lui opté pour un mixte entre bois, pierres et verdure et même un biotope.