Bâtiments administratif et commerces

Bâtiments administratif et commerces

Salons Patek Philippe, Genève

HISTORIQUE / SITUATION
Bâtiment emblématique de la rive gauche
Lorsqu’on franchit le Pont du Mont-Blanc, on aperçoit d’emblée la façade de Patek Philippe. L’immeuble occupe un emplacement stratégique au coeur de l’un des quartiers centraux les plus animés de Genève, voués aux activités commerciales et bancaires. L’histoire de ce bâtiment débute en 1834 par une autre construction: “la maison Guex”. Située sur le GrandQuai, elle était alors constituée de deux étages sur rezde-chaussée de vitrines. Suivie en 1853 par une demande de surélévation de deux étages représentant un bâtiment traversant avec à son centre une cour ouverte.

Après l’achat de l’immeuble en 1888, par PatekPhilippe, la décision a été prise de confier la reconstruction à l’architecte J.E. Goss qui livrera en 1891 un bâtiment de quatre niveaux sur rez. Typologie autour de la cour intérieure, création d’un luxueux salon à plafond peint, tapissé de cuir de Cordoue pris dans des lambris noir et or. Au fil des ans, plusieurs transformations ont été apportées, ajout d’un étage supplémentaire en 1908 et intégration d’une horloge sur la façade côté quai et suppression de la cour intérieure en 1950.

PROJET
Redonner vie aux façades sans dénaturer le traitement d’origine 

Le bâtiment possède deux façades distinctes dont celle côté Guisan plus prestigieuse avec en toiture une magnifique horloge. Façades en pierre, essentiellement en pierre de taille villebois et arvèle, nettoyées, bouchardées avec des empiècements et des décors polychromes sculptés sur les allèges. Les dalles, après plusieurs transformations, présentaient une structurelle par solivage et dalles en béton, métallique ou bois. Le dernier étage était composé d’une structure plus légère exprime aussi en façade et par des sheds en toiture. De part et d’autre du bâtiment, une marquise en béton construite dans les années 50 séparait les rez de chaussées des étages. Malgré une transformation lourde du bâtiment, le souci des architectes a été de redonner vie aux façades en pierre en reprenant les mêmes traitements d’origine et en changeant les fenêtres fort disparates avant travaux. Une attention particulière a été portée aux rez-de-chaussée, surtout côté rue du Rhône, où le marbre de couleur a été remplacé par une pierre de taille donnant un aspect continu sur toute la hauteur de l’édifice. Cette verticalité a été renforcée par le remplacement de la marquise en béton par des éléments en verre.

CONCEPT
Aménagement et décoration intérieure

La décoration a été confiée à deux décorateurs avec l’implication étroite du Maître de l’ouvrage. Jusque dans les années 50, le bâtiment possédait, en son centre, une cour qui au fil des années a été remplacée par des surfaces utilisables. Les salons agencés sur deux niveaux reprennent cette ancienne typologie par la création d’un espace ouvert en son centre et accentué par un magnifique lustre donnant ainsi une belle verticalité sur l’ensemble des salons. Les autres étages ont été entièrement agencés en locaux administratifs et destinés uniquement à la société. Le 5ème étage quant à lui, accueille un salon de style art déco, consacré a des réceptions privées et bénéficiant d’une vue exceptionnelle sur la rade. Un soin tout particulier a été apporté à la restauration de la “salle historique” située au rez côté quai Général-Guisan. Cette décoration de style Napoléon III avec ses boiseries laquées noires et les cuirs de Cordoue ont été déposés, restaurés et remontés. Seuls les vitrines en façades ont été modifiées en les intégrant mieux dans la décoration de la pièce. Pour ce faire, la porte accédant au Quai a été supprimée. Patek Philippe a inauguré, mi-novembre 2006, ses salons entièrement repensés, alliant tradition et innovation, témoignage intemporel de la prestigieuse firme horlogère.