Transports - parkings

Transports - parkings

Terrasse Genève Aéroport, Le Grand-Saconnex

HISTORIQUE / SITUATION

Nommé en septembre 2016 au poste de directeur général de Genève Aéroport, André Schneider a fait la promesse quelques mois après son arrivée de redonner une terrasse publique aux citoyens genevois, afin d’offrir à ces derniers l’opportunité de pouvoir à nouveau admirer les avions à ciel ouvert. L’emplacement, en l’occurrence le toit du restaurant «Le Chef», lui-même situé au 3e  étage, a tout de suite été identifié. L’étude de faisabilité a été lancée pour sa part au début de l’été 2017, avec une ouverture de la terrasse au public agendée à l’été 2021. Une bonne bouffée d’oxygène pour Genève Aéroport, fringant centenaire qui a reçu le «Prix de l’Aéroport 2020» à l’occasion de la cérémonie des «Air Transport Awards». Rappelons que les «Air Transport Awards» ont pour vocation de reconnaître la qualité et l’engagement des organisations et des équipes du secteur de l’aviation.

PROGRAMME

C’est l’architecte renommé Christian Dupraz qui a remporté l’appel d’offres dont l’intitulé était le suivant: conception et réalisation d’une zone d’observation de 700 mètres carrés avec espace couvert. Inscrites au cahier des charges établi par Genève Aéroport, une zone de sûreté, une buvette ainsi qu’une salle de réception et de communication visuelle, auxquelles s’ajoutent les locaux de stockage et le bloc sanitaire attenants. Quant au concept paysager défini par Pascal Heyraud, celui-ci consistait principalement à agrémenter les espaces extérieurs de plantes locales.

PROJET / CONCEPT ARCHITECTURAL

En proposant de délocaliser le contrôle de sûreté au-dessus de l’ascenseur Sud du restaurant «Le Chef», Christian Dupraz a souhaité proposer une expérience d’un nouveau genre aux visiteurs, en créant un accès à la terrasse par une passerelle suspendue. Ingénieusement intégrée au bâtiment existant, cette passerelle permet par ailleurs de canaliser et de structurer le sens des visites. La création d’une pergola en structure métallique, juste au-dessus du bâtiment technique existant, offre une protection contre la pluie et le soleil. Afin de permettre une connexion avec la structure susmentionnée, les deux cages d’escalier ainsi que la cage d’ascenseur ont été surélevées.

RÉALISATION

La zone de sûreté est constituée d’une structure métallique extérieure avec isolation en panneaux sandwich et vitrages photochromiques. Une structure métallique que l’on retrouve d’ailleurs côté pergola. C’est le principe de l’ossature bois (préfabriqué) qui a été adopté pour les locaux de stockage et la buvette.

À l’intérieur, la zone de sûreté hérite d’un sol en marbre préfabriqué (MAB), de faux plafonds constitués de lamelles métalliques et d’un revêtement mural en tôles métalliques. Pour la salle de projection, les concepteurs ont opté pour un sol parquet en bois massif, de faux plafond en plaques de bois perforées et un revêtement mural composé de panneaux de bois.

DÉFIS RELEVÉS PAR LES CONSTRUCTEURS

La spécificité de ce projet résidait dans le fait que l’ensemble du site se devait de demeurer en exploitation durant les travaux. L’accessibilité au chantier s’est avérée particulièrement compliquée à gérer, avec des livraisons très restreintes dues à l’emplacement du site. Toute la structure métallique a été mise en place grâce à une grue mobile située sur le tarmac. Les interventions s’effectuaient de nuit, pendant l’interruption du trafic aérien. Le planning à la base, très serré puisqu’il prévoyait une année de travaux, a dû être modifié en raison de la crise sanitaire. Finalement, la durée du chantier s’est allongée de trois petits mois.

UN OEIL DANS LE RÉTRO

Une grande attention a été portée à la qualité architecturale de l’ouvrage. Compte tenu de l’emplacement central du site, l’architecte a voulu affirmer la lecture de la nouvelle infrastructure en la rendant visible depuis les abords de l’aéroport. Toujours dans le même esprit, les artisans du projet du troisième millénaire sont parvenus à ressusciter le concept de «balcon» propre à l’architecture initiale du bâtiment des années septante, en redonnant vie à la terrasse d’antan. À signaler encore, le soin particulier accordé au choix des matériaux, afin d’offrir aux visiteurs un lieu convivial et raffiné.

CONCEPT ÉNERGÉTIQUE

Le souci environnemental a toujours été une préoccupation constante de Genève Aéroport. Le nouveau bâtiment repose sur les préceptes se rapportant au «Très haute performance énergétique». La toiture est recouverte de 280 mètres carrés de panneaux solaires photovoltaïques.



Partenariats