Logements

Logements

Les Mousquines, Lausanne

SITUATION

Une implantation intelligente. La parcelle est située à Lausanne, dans un quartier où d’anciennes villas des années 1930 sont peu à peu démolies pour être remplacées par des bâtiments contemporains de taille limitée. Une mutation raisonnée qui répond à la nécessité de densifier la ville tout en respectant l’environnement. L’accès à la résidence reste celui de l’ancienne maison, mais le niveau
de la route a été abaissé. La pente du terrain côté Est demeure inchangée puisque non construite. Le terrassement a donc été minime et sans complications pour créer le parking souterrain.

Avant de dessiner le projet, les architectes ont choisi de tenir compte des bâtis environnants pour implanter un bloc qui ne soit pas imposant et surtout qui ne bouche pas la vue sur le lac aux habitants des trois immeubles voisins. Le fait de construire sur toute la parcelle aurait été possible mais là encore, les concepteurs ont préféré implanter un petit bloc compact et en recul par rapport à la rue, pour ne pas gêner la vue et offrir aux habitants de vrais espaces de jardins. De beaux arbres forestiers bordent le Nord de la Résidence.

PROJET

Une architecture aux lignes dynamiques. Le bureau Hofmann et Gailloud propose une architecture imaginative et créative, qui privilégie le mouvement. Ainsi, la géométrie des murs intérieurs situés au Sud ne correspond pas à des droites, mais se fragmente pour orienter les fenêtres selon les inclinaisons les plus avantageuses pour la vue. Par ailleurs, en plus d’être agréable, le fait de trouver des angles offre plus de flexibilité d’aménagement que des lignes droites. Un travail sur le socle, constitué de trois longues marches, apporte beaucoup d’élégance à l’ensemble de la réalisation. Les baies vitrées de chaque appartement cadrent le panorama sur le Léman et les Alpes. Les fenêtres de types ouvrant à la française ou coulissantes offrent un maximum de dégagement.

Ce choix confirme l’impression d’unité entre l’espace intérieur et l’extérieur des grandes terrasses en bois. Les cinq logements de quatre pièces et demie mesurent cent vingt mètres carrés et celui qui est en attique cent huitante mètres carrés. Au rez, un deux pièces et demie et deux quatre pièces et demie profitent chacun d’un jardin en prolongement de leur terrasse. Le rez est libéré de toute circulation des voisins grâce à l’entrée principale placée, avec l’accès au parking, en dessous du bâtiment. Proche d’un grand local à vélos, la partie commune est mise en valeur par un patio qui devient un potentiel espace de rencontre. Au niveau des matériaux, le béton blanc constitue la structure porteuse et le bois, l’habillage des sols et plafonds extérieurs. Une vraie charpente en bois, à quatre pans et à très faible pente, porte la toiture en zinc-titane qui s’harmonise, dans un ton anthracite, avec le zinc-titane de certains éléments ponctuels comme les encadrements
des fenêtres en attique. Les panneaux solaires passent inaperçus sur le toit et toute la machinerie technique est installée en sous-sol. Le chauffage au sol est alimenté par une chaudière à gaz. Grâce à la domotique, certains propriétaires peuvent gérer leur énergie et piloter leurs appareils électrodomestiques depuis leur portable. Les travaux, réalisés par SD Construction en dix-huit mois,
avaient débuté alors que les huit logements étaient déjà vendus sur plan.

Tout en répondant aux nécessités pragmatiques des habitants, la Résidence des Mousquines réunit toutes les qualités esthétiques d’un objet architectural remarquable.