Transformations intérieures

Transformations intérieures

La "Fer" et ses institutions, Genève

HISTORIQUE / SITUATION

Populaire et presque faubourien pendant des générations, le périmètre a vécu d’importantes transformations dans le dernier quart du XXe siècle, au plus fort de la demande en surfaces commerciales et administratives. Entre les voies CFF et le  joli parc de Saint-Jean, il jouit de tous les avantages de l’hypercentre ainsi que d’une situation topographique  privilégiée, offrant des vues insoupçonnées sur la ville. Achevé en 1983 sur les plans du bureau Julliard et Bolliger, l’immeuble s’inscrit dans une parcelle triangulaire aux déclivités marquées. Il tire un parti habile de son contexte et propose des espaces de bureaux lumineux rayonnant autour d’un noyau de distribution verticale qui regroupe
les locaux techniques et les sanitaires. Trente ans plus tard, alors qu’une étude de faisabilité interroge le potentiel de surélévation du bâtiment, une nouvelle génération d’architectes décide de reformuler le vocabulaire d’origine dont la neutralité convenue semble désormais périmée.

PROGRAMME / PROJET

Porté par l’impérieux besoin de surfaces supplémentaires, le projet de surélévation inclut un réaménagement complet des espaces existants ainsi qu’une amélioration de l’enveloppe thermique. Un choix audacieux qui permet de repenser l’immeuble de façon globale et cohérente, à la mesure de sa réalité bâtie et à l’échelle du quartier.

Le soin consacré aux questions énergétiques permet de dépasser d’un tiers les standards minimums requis pour la labellisation HPE.  Une performance impressionnante due notamment à la mise en œuvre d’une façade double peau associée à une isolation périphérique en laine de roche, à l’installation de menuiseries  à triple vitrage, de plafonds actifs (chaud-froid) et d’éclairages LED à basse consommation, mais aussi à la présence de capteurs photovoltaïques en toiture et à un système de chauffage et de climatisation assuré par GeniLac – énergie renouvelable à 100 % donc.

Pointue, omniprésente et maîtrisée, cette technicité s’efface intelligemment derrière des options architecturales et constructives qui participent d’une revalorisation générale du bâtiment. Surélevé de deux niveaux par une structure métallique couplée à des éléments préfabriqués intégrant isolation et parois de béton, il s’habille désormais d’un étui de verre d’une très grande élégance qui laisse deviner son enveloppe d’origine. Affiné, épuré, l’édifice gagne en sveltesse et, grâce aux 931 panneaux à pellicule miroitante qui composent ses nouvelles façades, présente au fil de la journée un jeu infini de lumière, de reflets, de profondeur et de transparence.

Prisme de cristal en dialogue permanent avec le tissu bâti environnant, l’immeuble assume sa nouvelle identité et devient une des composantes majeures du site. Sur le fond comme sur la forme, l’opération est une réussite et témoigne de l’excellente synergie entre un Maître d’ouvrage aux impératifs précis et un bureau d’architectes aux compétences avérées.