Logements

Logements

Le Domaine du Parc, La Tour-de-Peilz

HISTORIQUE / SITUATION

Une friche horticole fait place à un quartier de logements. Sur les bords du lac Léman, la commune de La Tour-de-Peilz, une ville de près de 11’000 habitants, est prise en étau entre Vevey et Montreux. 

 

Sur les hauts de la commune, un domaine horticole de trois hectares composé principalement de serres s’est vu détruit en un instant lors du passage de la grêle en date du 18 juillet 2005. La quasi-totalité des serres a volé en éclats. Les carreaux en mille morceaux jonchaient le sol parmi des milliers de fleurs. 

 

Depuis ce jour, le domaine a été laissé à l’abandon, puis vendu, mais la nature a très vite repris le dessus. Le périmètre a fait l’objet d’un plan de quartier appelé En Vassin, du nom du chemin qui en longe son extrémité ouest. 

 

La parcelle, idéalement située sur la commune, est proche de nombreux services, écoles, terrains de sport et transports publics. Ce site était donc propice à recevoir un nouveau quartier de logements, mais également à être utilisé par l’ensemble de la population grâce à la présence d’un parc ouvert au public reliant les différents éléments bâtis.

PROGRAMME

Un parc comme noyau central. L’élément central, le parc, qualifie l’ensemble du périmètre. Douze bâtiments, destinés en partie à la location et à la vente en PPE, sont implantés de manière à optimiser leurs relations au parc et à l’ensoleillement. Les différentes architectures développées entretiennent toutes une forme de mémoire avec l’activité passée des lieux en s’inspirant de la beauté des vestiges, traces et constructions trouvées sur le site.

 

Le Domaine du Parc se décline selon quatre types d’architecture. Dans la partie haute du terrain, un système de plaques s’apparentant à des plaques tectoniques s’accroche à la roche existante et s’élance dans la pente, mettant ainsi en scène des vues ouvertes sur le lac et les Alpes . Au pied de la colline, un système de planchers horizontaux marque la limite nord du parc. Ces différents niveaux décalés, dont l’objectif est de répondre aux limites de hauteurs imposées par le plan de quartier, se découpent en une multitude de balcons donnant tous sur le parc, permettant ainsi d’entretenir un rapport entre l’habitant et la zone de verdure. 

 

À l’ouest du parc, côté cimetière, deux immeubles se mêlent de par leur architecture aux autres bâtiments du parc. L’un d’eux accueille au rez-de-chaussée une unité d’accueil pour la petite enfance (UAPE). En bordure sud et est du domaine se placent une série de bâtiments aux formes plus libres. Tels des fleurs des champs qui marquent et conditionnent l’image de Vassin, ils surgissent là où les conditions de vue et d’ensoleillement sont favorables.

PROJET

Entre qualité de vie et durabilité. Dès le début du projet, le Domaine du Parc a misé sur la volonté de créer un ensemble harmonieux où la qualité de vie est placée au centre du projet. En plus du parc, un dispositif d’espaces publics et de cheminements piétonniers favorisent les rencontres et les échanges non seulement entre les habitants de ce nouveau quartier, mais également avec l’ensemble de la population qui emprunte ces circulations. Chaque immeuble possède de grands couverts d’entrée qui permettent d’établir une transition douce entre l’espace public et l’espace privé tout en favorisant les échanges sociaux entre les habitants. Les typologies des logements sont pensées de façon à privilégier un maximum d’ensoleillement. Tous les séjours jouissent ainsi d’une situation sud-ouest, profitant du soleil et de vues dégagées sur le lac et les montagnes.

 

La dimension écologique a été également un élément central dès l’origine du projet avec la volonté d’utiliser au maximum les énergies renouvelables. Ainsi la production de chaleur fait appel à des sondes géothermiques, couplées à des pompes à chaleur (PAC). 

 

Les espaces intérieurs ont été réfléchis de façon à optimiser les différents ratios entre d’une part la surface brute de plancher et la surface habitable dans l’optique d’optimiser la compacité du volume bâti et d’autre part entre le volume bâti et les surfaces des façades afin de minimiser les déperditions thermiques liées à l’enveloppe. 

 

Les toitures sont végétalisées afin d’offrir des espaces propres au développement d’une certaine partie des espèces de la faune et de la flore qui ont tendance à disparaître suite à l’exploitation des sols. 

 

Un autre élément misant sur l’aspect durable du projet a été de favoriser un maximum de surface perméable notamment dans le revêtement des cheminements afin de faciliter l’écoulement naturel des eaux de pluie. Tous ces éléments ont permis d’obtenir le label Minergie pour l’ensemble du projet.



Autres reportages qui pourraient vous intéresser


Rénovations | Lausanne | Novembre 2018

Guesthouse

Guesthouse
Logements | Le Mont-sur-Lausanne | Mars 2019

Le Belvédère des Morettes II

Le Belvédère des Morettes II
Logements | Vevey | Mars 2018

Les Orchidées

Les Orchidées
Logements | La Tour-de-Peilz | Juillet 2018

Domaine du Parc

Domaine du Parc
Logements | Mex | Octobre 2018

Le Record Rosset

Le Record Rosset
Logements | Le Mont-sur-Lausanne | Novembre 2016

Le Belvedere des Morettes

Le Belvedere des Morettes
Logements | Nyon | Mai 2015

Triangle de l'Etraz

Triangle de l'Etraz
Bâtiments administratif et commerces | Nyon | Mai 2015

Edwards Lifesciences

Edwards Lifesciences
Etablissements médicaux | Lausanne | Mai 2015

Clinique Bois-Cerf

Clinique Bois-Cerf
Logements | Lausanne | Mai 2015

Campagne de Pierrefleur

Campagne de Pierrefleur
Etablissements scolaires | Concise | Novembre 2016

Ecole Henri Dès

Ecole Henri Dès
Logements | Yverdon-les-Bains | Avril 2019

Helvetia-Patria

Helvetia-Patria