Rénovations

Rénovations

Buffet de la Gare, Lausanne

HISTORIQUE/SITUATION

Deux ans après l’ouverture du tunnel du Simplon qui met Lausanne en position de noeud ferroviaire, un concours est lancé, en 1908, pour construire une gare à la hauteur de l’importance de la ligne. Les bureaux d’architectes Monod & Laverrière et Taillens & Dubois remportent le projet qui est réalisé de 1911 à 1916. Cent ans plus tard – après quelques réaménagements en 1996 – les CFF entreprennent de très importants travaux pour moderniser totalement la gare dans le cadre du projet Léman 2030. Certaines réalisations sont en cours, tel le transfert du poste d’enclenchement qui abrite les commandes des aiguillages et des signaux, ou achevées, comme le « Buffet 1re classe » Il y a trois ans, le Buffet – qui avait échappé à la rénovation de 1996 – présentait encore un aménagement qui datait de son ouverture en 1916. Notamment illustré par les six panneaux peints qui représentent les destinations desservies à l’époque : Neuchâtel, Montreux, Fribourg, Genève et le Cervin pour illustrer la ligne du Valais. Mais, au-delà de son côté un peu folklorique, le bâtiment était peu exploité, avec de nombreuses surfaces sans affectation et des installations techniques vétustes. Le restaurant a donc fermé ses portes à la fin 2015 et tout son contenu a été vendu aux enchères. Sa réouverture a eu lieu au début décembre 2018 après deux ans de travaux.

PROGRAMME

Les usagers des quelque 650 trains quotidiens en gare de Lausanne savent bien que le niveau correspondant à la place qui clôt le Petit-Chêne est la principale interface entre ville et réseau ferroviaire. C’est là que doivent se situer les lieux d’attente, de transit et de restauration. Ainsi, le restaurant « Buffet 1re classe », dans sa décoration d’origine, est maintenu dans sa vocation à l’Ouest de la gare. Dans la partie est, après les travaux Léman 2030, un nouveau café-restaurant de conception contemporaine répondra aux attentes. Dans la zone du nouveau Buffet rouvert récemment, quelques mesures anticipées ont permis de préparer le terrain pour l’agrandissement de la gare dans le cadre du plan à terme de 2030 : désaffectation des locaux voués à disparaître, reprises en sous-oeuvre, construction du futur passage inférieur Ouest. Pour la réalisation du restaurant lui-même, les cuisines et autres locaux en rapport, initialement en sous-sol, ont été déplacés au rez-de-chaussée, entièrement redimensionnés, rénovés et mis aux normes. Au premier étage, une nouvelle salle de conférences,d’une capacité maximale de 100 personnes, accessible au public, a été réaménagée. Elle comporte des équipements modernes et répond aux normes de confort et de sécurité actuelles. Dans les étages, les locaux administratifs et vacants du restaurant ont été remplacés par des surfaces administratives. Les locaux des combles accueillent les installations techniques.

PROJET

La transformation s’est faite en étroite collaboration avec le service vaudois des Monuments et Sites afin de rendre au bâtiment sa volumétrie d’origine par respect de sa substance historique. Les ajouts effectués dans la deuxième partie du XXe siècle tels que « La Pinte » (année 60) ou encore le kiosque occupé par le marchand de bretzels (1996) ont été démontés et les murs repris en pierre de taille selon l’origine. Le décor actuel du Buffet, notamment ses peintures sur toile et la cage d’escalier Nord-Ouest, ont été restaurés. Les peintures sur toile de la Salle des Vignerons ont été déposées, restaurées, puis réinstallées dans les nouvelles salles de réunion. Dans les étages administratifs, l’accent a été mis sur une flexibilité maximale dans l’organisation spatiale d’aménagement. Ainsi, les locaux de services et sanitaires sont regroupés dans un noyau central, de nouveaux accès sont créés, permettant d’avoir d’un à trois locataires indépendants par étage.Une part importante des travaux a consisté à mettre à niveau l’ensemble des techniques du bâtiment : la ventilation, l’électricité, les écoulements sanitaires, la protection incendie n’étaient plus conformes et ne permettaient plus d’exploiter convenablement le bâtiment. Enfin, la reprise générale de la structure a permis une mise aux normes quant aux charges utiles, la résistance sismique et la protection incendie.

RÉALISATION 

Dans les bureaux, les surfaces sont rendues semi-brutes, laissant aux différents locataires le soin d’exécuter les finitions. Les salles de conférences sont équipées de parquet et de plafonds perforés acoustiques actifs. Des cloisons mobiles permettent de compartimenter les surfaces selon les besoins des utilisateurs.

Le sol de la salle du Buffet est doté d’un parquet massif huilé posé à bâtons rompus sur site. Les éléments en menuiserie, réalisés à l’époque en chêne du Japon par la célèbre Menuiserie modèle de Montreux, ont été restaurés.

TECHNIQUES

Dans les salles de conférences,des plafonds actifs régulent la température des surfaces. Pour les zones de bureaux, les distributions et les équipements sont à charge du locataire. L’ouvrage a été raccordé aux systèmes de froid et de chaud à distance installés dans la gare de Lausanne.                   Un équipement de ventilation à système double flux assure les débits nécessaires pour les surfaces locatives et notamment le restaurant. Six monoblocs ont été installés dans les combles. Chaque niveau est équipé d’installations sanitaires, y compris pour les personnes à mobilité réduite.

MESURES PARTICULIÈRES 

Des travaux spéciaux et des reprises en sous-oeuvre ont été réalisés afin d’assurer les descentes de charges du nouveau projet. Et c’est en cours de projet qu’il a été décidé de réhabiliter l’ouvrage afin qu’il respecte les normes sismiques. D’importants travaux complémentaires ont dû donc être mis en oeuvre pour les respecter.

DÉFIS 

Les difficultés inhérentes au projet ont été essentiellement liées à la structure de l’ouvrage lui-même, dont les concepteurs, il y a plus d’un siècle, devaient répondre à d’autres normes et exigences. Ce facteur historique a été complexifié par la nécessité de respecter un bâtiment protégé. Les enjeux du maître d’ouvrage et de l’entreprise ont été de réhabiliter et de transformer l’ouvrage tout en honorant à la lettre les consignes et les recommandations des Monuments historiques, notamment dans les Salles des Vignerons et du Buffet. Mais, si le nouveau restaurant respecte la tradition dans ses murs, la nourriture qui y est proposée surfe sur une vague plus moderniste. Les CFF ont en effet donné l’exploitation du restaurant à une chaîne, Tibits, qui propose une cuisine végétarienne et végétalienne, sur un réel mode de buffet, ce qui n’était pas le cas auparavant où le service à table primait : vieux murs (rénovés), nouvelle cuisine !